DOUNIA, Une arabe qui suce

Bonjour, je suis Dounia. Merci pour le site j’adore.

Voici mon histoire, j’aime le sexe. J’habite dans le 94 et je fréquente régulièrement avec des amies ou seule des boites parisienne assez branché.

Je suis dans une boîte de nuit, plutôt bien fréquentée. Je le sais car c’est pour ça que je suis là. Je suis au comptoir, un cocktail à la main, que je sirote, perdue dans mes pensées. J’ai une robe noire, moulante, qui met mon gros cul de beurette et mes seins très en valeur. J’ai relevé mes longs cheveux bruns avec une pince. Je sais que je suis bonne. Et les hommes me le font savoir grâce à des regards plein d’envie. Mais aucun n’ose s’approcher. Je vais danser. Je bouge mon corps comme si je n’avais pas baisé depuis des années. Soudain je sens une présence près de moi. Un homme, la trentaine, se rapproche de moi. Je le regarde, les yeux aguicheurs. Alors il se colle contre moi. Je l’excite en me frottant contre lui. Il aime ça. Je frotte mes fesses contre son sexe, comme si je n’en faisais pas exprès. Il met ses mains sur mes hanches pour me guider. Ca y est, il bande… Je prends sa main et la mets sur le bas de mon ventre.
« T’as envie ? me demande-t-il à l’oreille. »
Je me retourne vers lui, hoche la tête, et l’embrasse langoureusement.
« Tu donnes combien ? lui demandais-je »
Il me regarde, interloqué, puis sourit.
« Désolé… J’ai pas d’argent là. »
Je fais volte-face et commence à partir. Il ne me rattrape pas. Je retourne au bar et commande un autre cocktail. Cette soirée est ratée, je n’ai rencontré personne. Je finis mon verre, bien décidée à rentrer dans ma chambre d’hôtel, quand un homme vient me voir au comptoir. Il est grand, pas mal, la trentaine également.
« Bonsoir mademoiselle.. tu vas bien ?
-Hmm et vous ?
– Oui oui… Ecoute, j’ai entendu dire que… tu couches pour du fric… ça m’intéresse. »
Je souris. Ca y est, j’en ai un.
« Oui, tu te trompe pas. Je suis libre là tu veux qu’on aille autre part ?
– Viens chez moi. »

Je suis l’arabe qui suce et avale


On arrive dans un immeuble d’une zone résidentielle. Nous nous sommes mis d’accord sur le prix sur le parking de la boite. Dans l’ascenseur, je m’approche de lui et remonte ma robe pour qu’il voit mon string en dentelle noire. Puis je viens frotter mon string sur son pantalon et lui prend les mains pour les mettre sur mes seins. Je sens sa respiration s’accélérer. Ca m’excite. Mais l’ascenseur s’arrête. Il m’emmène dans son appartement, presque en courant. Il referme la porte derrière lui et m’attrape par les fesses. Il me colle contre un mur et masse mes seins fermement. C’est trop bon, je frotte mon sexe contre son pantalon en gémissant. Il a l’air vraiment chaud, ses gestes sont bestiaux. Il m’attrape les cheveux, enlève ma pince, et me pousse vers le bas pour que je m’agenouille. Il laisse tomber son pantalon parterre et colle sa bite contre mon visage. Il me prend pour une pute, et j’adore ça. Je commence à lécher son gland, puis j’enfourne son sexe dans ma bouche. Sa main dans mes cheveux se resserre. Il me guide. Je lui caresse les couilles, je l’entends gémir. Ca m’excite tellement que je sens mon string tout mouillé. Je continu à le sucer, de plus en plus vite. J’enfonce son sexe de plus en plus profondément dans ma bouche. Sa main dans mes cheveux devient plus violente. Il baise ma bouche, ça me fait gémir et cracher. Je sens son sexe durcir. Tout en le suçant, je commence à caresser mon clitoris. Je suis tellement excitée que ces premières caresses me font gémir. Il sort sa bite de ma bouche et tire sur mes cheveux pour que je me relève. Nos regards se croisent, et il m’embrasse violemment en attrapant mes seins à pleines mains. Une de ses mains descend vers mon clitoris, qu’il masse doucement.
« T’aime ça…?
– Hmmm… ouais… continu…
– Hmm… petite garce… »
Je gémis plus fort encore, j’adore qu’on m’insulte quand je baise.
« Viens par là ! »
Il me pousse vers sa chambre et me jète sur son lit. J’enlève ma robe en toute hate, pour lui faire découvrir mon corps. En me regardant, il gémit. Je garde mes chaussures à talons car je sais que ça excite beaucoup ce genre de mec. Mais sinon je suis complètement nue, j’ai tout enlevé pour ne pas perdre de temps. Il se déshabille aussi. Il est plutot pas mal non plus, musclé mais pas trop. Je m’allonge sur le lit, les jambes entrouvertes. Il vient sur moi et me masse le clito en me regardant gémir. Puis il rentre deux doigts dans ma chatte humide. Je pousse un petit cris. Sa bite est encore mouillée par ma salive, alors il entre en moi d’un coup. Là je cris vraiment. Il commence des vas et vient. Il pousse des petits grognements en regardant mon corps onduler sur son lit. Sa bite est plutôt grosse, je bouge pour ressentir encore plus de plaisir. J’attrape ses fesses et accentue le va et vient avec mes mains. Je sens qu’il aime ça. Il matte mes seins qui se balancent.
« Oh ouais… petite chienne je sais que t’aime te faire baiser… Hein ?
– hmmm oui oui j’aime ça continu !
– Ah t’en veux encore ?
-… Hmm
– Dis le moi ! Dis moi que t’en veux encore !
– Hmm oui vasy baise moi… ! J’en veux encore….
– Mets toi à quatre pattes, petite pute ! je vais te prendre ta chatte arabe »
Je m’exécute, pleine d’excitation. Je veux qu’il me baise fort.
Il enfonce sa bite dans ma chatte et je continu à crier fort. Ses grognements ce font plus rapides et plus sonores. Je claque mes fesses contre ses couilles. Je sais qu’il regarde son sexe entrer en moi de plus en plus vite et de plus en plus fort. Il attrape mes seins et les serre très fort en gémissant. Je sens une intense sensation à l’intérieur de moi. Je sens qu’il jouit. Je continu à crier et à me jeter sur la queue pour intensifier son orgasme, mais j’aurais aimé que cela dure plus longtemps.
Il s’allonge à coté de moi, essoufflé.
« T’es trop bonne… trop bonne… t’es vraiment une petite garce… j’aime ça…une bonne suceuse arabe« 
Je reprends mes esprits moi aussi. C’était bon, quand même, mais je ne perds par le nord.
« Tu vis seul ici ? lui demandais-je.
– Oui, pourquoi ?
-J’ai une proposition à te faire. En fait, je cherche un logement, j’habite dans une chambre d’hôtel en ce moment. Je me disais que je pourrais peut être venir un peu ici.
– T’es rapide toi. Contre quoi ?
– Bah moi. Tu me baise quand tu veux, et en échange tu me paye le loyer, la bouffe…
-… Il faut que je réfléchisse. »
Je partis de chez lui le lendemain matin. On a baisé toute la nuit. Il m’a bien pris mon petit cul d’arabe. Deux jours plus tard, il m’appelle sur mon numéro pro pour me dire qu’il accepte ma proposition. Je suis aux anges.

Je cherche des plans culs sur ma page. Clique ici pour me rejoindre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *